Le muscle Long fibulaire (ou long péronier latéral)

  • soutient la voute plantaire (arc externe en particulier)
  • pronateur
  • abducteur
  • fléchisseur plantaire accessoire

Il est commandé par le nerf fibulaire superficiel

Le muscle court fibulaire (ou court péronier latéral)

  • permet l’abduction du pied
  • fléchisseur plantaire
  • pronateur accessoire

Il est commandé par le nerf fibulaire superficiel

Le muscle tibial antérieur (ou jambier antérieur)

  • permet au pied de se relever vers le haut (flexion dorsale du pied sur la jambe)
  • permet de ramener le pied vers le dedans (supination)

Le muscle tibial antérieur est commandé par le nerf tibial ou nerf sciatique poplité interne

Le muscle extenseur commun des orteils

  • extenseur des orteils
  • fléchisseur du pied sur la jambe
  • accessoirement abducteur et rotateur externe du pied

Il est commandé par le nerf fibulaire (nerf tibial antérieur) profond.

Le muscle long extenseur propre du pouce

  • fléchisseur accessoire dorsal de la cheville
  • extenseur du pouce

Il est commandé par le nerf fibulaire (nerf tibial antérieur) profond.

 

Hémiplégie :

Paralysie d’une moitié du corps suite à un AVC (Accident Vasculaire Cérébral). L’hémiplégie est la cause d’une atteinte neurologique d’origine vasculaire.

  • Dûe à une Ischémie, AVC ischémique (insuffisance de vascularisation : manque d’apport sanguin)
  • ou par hémorragie, AVC hémorragique (abondant saignement en dehors des vaisseaux sanguin)

L’hémiplégie est une paralysie centrale avec un phénomène de spasticité (raideur musculaire) aboutissant à une perte du contrôle moteur des muscles du membre supérieur et inferieur (d’un même coté du corps), parfois du visage également.

Paralysie :

La paralysie est la perte de fonction musculaire. Elle peut toucher un ou plusieurs muscles ou encore chaînes de muscles. La paralysie enlève aux muscles leur capacité à pouvoir se contracter volontairement. Elle entraîne l’incapacité d’effectuer un ou plusieurs mouvement, donc la perte motrice d’un muscle à pouvoir réaliser un mouvement.

La paralysie est dû soit :

  • à une atteinte du muscle(s) (traumatisme avec perte physique du muscle)
  • à une atteinte des nerfs ou du cerveau (traumatisme avec atteinte physique d’un ou plusieurs nerfs ou conséquence d’une pathologie neurologique).

Spasticité :

Médicalement, la spasticité se traduit par un réflexe myotatique trop important. La spasticité est une contraction reflexe exagérée d’un ou plusieurs muscles.

Dans le cadre de l’hémiplégie, elle touche le membre supérieur provoquant une rétraction de la main et de l’avant bras sur le bras en triple flexion. De la même manière pour le membre inférieur, la spasticité peut provoquer une raideur exagérée des chaînes musculaires : on parle ici de diplégie spastique.

Les muscles spastiques opposent plus de force que ceux antagonistes, générant une anomalie de position du membre concerné.

Certaines neuropathologies comme la sclérose en plaques ou encore la maladie de Strumpell Lorrain provoquent de la spasticité.

Steppage :

Problème de la marche dû à la perte des muscles releveurs des pieds par atteinte soit :

Le steppage se traduit par une perte de contrôle du pied, une incapacité du pied à se relever et une instabilité de la cheville (entorse fréquente).

Le patient marche en relevant exagérément les genoux pour ne pas accrocher la pointe du pied au sol.