La Polynévrite est une inflammation des nerfs

Elle touche les nerfs moteurs et sensitifs, entraînant progressivement une perte musculaire, paralysie des releveurs du pied (muscles releveurs). Elle génère des pieds tombants, des pieds paralysés qui ne peuvent plus remonter seuls par la seule force des muscles releveurs.

Les polynévrites les plus connues :

  • polynévrite éthylique
  • polynévrite diabétique

RELEVEUR DE PIED PNEUMAFLEX®3 et rééducation fonctionnelle.

UN MOUVEMENT = UNE ACTION MUSCULAIRE. Toutes les atteintes neurologiques (paralysie du nerf sciatique, CMT (Charcot Marie Tooth), AVC, accident vasculaire cérébral, sclérose en plaques (SEP rémittente ou progressive) polynévrite, Guillain Barre etc.), entraînent une paralysie des releveurs du pied. Le releveur Pneumaflex®3 va redonner les mouvements du pied et de la jambe à la marche « RÉELLE» (Pas un déplacement « alternatif » de substitution). Ces mouvements dynamiques retrouvés du pied paralysé, pied tombant et de la jambe (steppage par paralysie des muscles releveurs du pied) vont actionner une puissante activité forcée des muscles (rééducation des muscles releveurs du pied anti steppage). La rééducation sous le contrôle de kinésithérapeutes reste un excellent traitement à cette maladie, capable d’en ralentir les symptômes cliniques. (Exercer les muscles releveurs du pied paralysé et non pas les bloquer pour les tuer avec ceux qui les accompagnent et qui, parfois, ne sont pas touchés par la paralysie.

AUCUN BLOCAGE DES MOUVEMENTS DYNAMIQUES et donc des muscles releveurs et des articulations ne doit être envisagé.

(Attelle anti steppage, attelle releveur de pied fixe ou semi dynamiques, articulées ou non, releveur polypropylène ou releveur carbone, chaussure orthopédique montante). Ces blocages entravent les mouvements et la rééducation fonctionnelle des muscles (Muscles releveurs, aussi) pouvant accélérer la dégradation de tous les muscles de la jambe pas ou non complètement atteints dans les polynévrites polyradiculonévrite ou Syndrome de Guillain barre

Conclusion : Le blocage partiel ou total du pied (muscles releveurs du pied) et de la jambe par des orthèses releveur du pied ou des chaussures orthopédiques montantes diminue progressivement la capacité musculaire du patient (même si celui-ci est minime): « effet de tuteur » plutôt que de participation.

Ces muscles releveurs paralysés doivent être entrainés pour, au minimum, maintenir voir améliorer leurs capacités dynamiques (mêmes si elles sont minimes) à travers une marche retrouvée et/ou normalisée.

La marche naturelle approchée ou retrouvée permettra de maintenir/augmenter les capacités anatomiques du patient(e) dans la polynévrite et activera les muscles releveurs.

Rappel du rôle de la marche sur les muscles releveurs, les articulations et le système veineux dans le Guillain barré et polynévrites

Les nombreux mouvements du pied et de la jambe sont nécessaires à la rééducation des muscles releveurs dans la polynévrite (polyradiculonévrite, Syndrome de Guillain Barre). La marche à pied physiologique (naturelle) active environ 270 et participe activement à la rééducation qui permet le ralentissement de la déficience des muscles releveurs du pied dans la polynévrite ou Syndrome de Guillain Barre.

MOUVEMENTS REDONNÉS ET CONTRÔLÉS A LA MARCHE = EFFET DE RÉÉDUCATION = fonction musculaire, vasculaire, et articulaire = amélioration des muscles releveurs paralysés  dans le Syndrome de Guillain Barré et la Polynévrite ou polyradiculonévrite.

Les articulations aussi : Rappelons qu’une articulation qui ne fonctionne pas perdra sa « lubrification »: (mouvements = sécrétion de liquide articulaire). Elle finira par se « sécher » et se bloquer définitivement…Très rapidement !

Dans les polynévrites ou autres syndromes de Guillain Barré, Un BLOCAGE des mouvements avec des chaussures orthopédiques montantes ou encore des « tuteurs » (releveurs de pied, releveur carbone anti stepage ou releveur de blocage partiel), placera le pied et la jambe dans un véritable petit « cercueil » de fixité provoquant la mort des mouvements et de la rééducation fonctionnelle. (Les muscles releveurs du pied (mais aussi les autres muscles pas forcement atteints par la polynévrite ou en un syndrome de Guillain Barré) ne pourront jamais récupérer dans de telles conditions « d’anti rééducation » ! La maladie de Guillain Barré qui évolue toujours vers un mieux avec des limites ne pourra pas bien évoluer en mode de récupération si on bloque les mouvements qui permettent l’action des muscles généraux : Muscles releveurs des pieds, aussi !

Avez-vous déjà constaté l’effet d’un plâtre sur la peau, les articulations et les muscles, lorsque vous le retirez après 6 semaines. Imaginez un effet moins important mais sur une période de quelques mois, quelques années …?

L’orthèse releveur anti steppage du pied dans la polynévrite/polyradiculonévrite ou autre Syndrome de Guillain Barré avec paralysie des releveurs du pied, doit participer à l’augmentation de l’autonomie en améliorant l’anatomie. Elle doit favoriser une rééducation progressive à travers un entraînement musculaire donné par des mouvements réels et physiologiques à la marche. Pas l’amélioration d’un vulgaire déplacement de compensation.

Plus il y aura de mobilité à travers le fonctionnement complet des muscles releveurs des pieds et autres muscles de la jambe qui leur donnent la main, des articulations (et système vasculaire qui accompagnera ces fonctions), plus vous augmenterez vos chances dans une récupération ou au pire un maintien anatomique, physiquement parlant.