Releveur dynamique, à quel moment ?

Releveur dynamique Pneumaflex3®, quand agir ?

Le releveur podal Pneumaflex3® est une orthèse releveur de pied novatrice créant de l’énergie pour redonner les mouvements perdus des muscles releveurs paralysés et du pied tombant (paralysie des releveurs du pied). Ce releveur de pied permet la restitution des mouvements et leurs contrôles (pas de mouvements dangereux : entorses) et de générer une activité des muscles releveurs paralysés mais aussi de conserver celle des muscles non paralysés.

Le releveur dynamique Pneumaflex3® a été conçu pour faire travailler toute l’anatomie à travers un schéma de marche réel et naturel en exploitant le travail des muscles. Ce releveur de pied ne remplace pas la jambe ou le pied paralysé, ni les muscles releveurs paralysés, mais fait participer pleinement ces derniers en les aidants justes quand cela s’avère nécessaire au cours de la marche ou de la course à pied.

C’est une adaptation purement biomécanique appropriée à chaque patient. Le releveur Pneumaflex3® va donc bien au-delà des orthèses releveurs de substitution qui bloquent toutes actions musculaires et donc de rééducation.

Raison pour laquelle aujourd’hui, Pneumaflex3® est une technologie de releveur de pied incomparable donnant de nombreux et surprenants résultats et qu’il est préjudiciable de ne pas vouloir faire essayer les patients handicapés au plus tôt. Les essais proposés permettent d’en vérifier l’intérêt immédiat pour le patient souffrant de la paralysie des muscles releveurs de pied. (Sciatique paralysante, polynévrite, Guillain barré, hémiplégie (AVC, accident vasculaire cérébral), sclérose en Plaques (SEP).

Explication de la problématique rencontrée par les patients

Voici deux phrases que nous entendons trop fréquemment :

  • « Pas maintenant, il vaut mieux attendre un peu » :
    Attendre quoi ? Qu’il soit trop tard pour envisager une récupération neurologique et/ou une amélioration anatomique lorsque celles-ci sont encore possible ?
  • Pneumaflex3® ne concerne que les atteintes sévères, voire les patients déjà en fauteuil. Rappelons qu’aucune intervention humaine, à ce jour ne redonnera la motricité à des membres «morts».

Il est regrettable et préjudiciable que le pouvoir discrétionnaire de certains professionnels de santé prive le patient(e) de la finalité du service. En appliquant seulement une norme pour tel ou tel cas de figure et sans souci de la finalité médicale, « ces professionnels » peuvent provoquer une dégradation des problèmes qui peuvent prendre parfois un caractère définitif.

Rappelons que le mouvement restitué le plus tôt possible permet une fonction immédiate de tout le système anatomique : muscles releveurs du pied mais aussi tous les autres ainsi qu’articulations et système vasculaire. Ce fonctionnement est extrêmement important pour optimiser une éventuelle récupération neurologique et/ou une amélioration anatomique.

Dans le cas d’une paralysie musculaire (paralysie des releveurs du pied), Il ne faut donc pas attendre une hypothétique récupération neurologique ou anatomique sans se donner le maximum de moyens dynamiques à travers la rééducation, la kinésithérapie et la rééducation fonctionnelle à la marche physiologique pour favoriser/améliorer cette récupération. Les muscles releveurs, même paralysés, doivent fonctionner.

Le paradoxe des releveurs de pied

Dans la paralysie des releveurs du pied (muscles releveurs) Il faut immédiatement faire un maximum de rééducation : remarcher le plus vite possible dans les meilleures conditions de fonctionnement musculaire et faire fonctionner l’anatomie. La marche naturelle actionne environ 300 muscles…Dont les muscles releveurs du pied !

Alors, pourquoi après le travail de rééducation d’environ une heure/jour, mettre le membre dans une prison de plastique qui invalidera complètement le travail dynamique du kiné, et ce, pour toutes les longues heures qui suivent dans la journée ? (releveur carbone, releveurs polypropylène etc.)

Les différents releveurs de pied :

A) Les orthèses « releveurs » sur moulage fixe ou semi articulées.

Ces releveurs de pieds sont pratiquement systématiquement donnés aux patients dans les suites d’une atteinte neurologique (AVC, hémiplégie) ) avec steppage du pied. (Paralysie des releveurs du pied, paralysie du SPE, paralysie du nerf sciatique ou du nerf sciatique poplité externe et/ou interne. SEP (sclérose en Plaques) etc.)Ces releveurs permettent de rassurer le patient(e) par un pied fixé à 90° de l’axe de la jambe et qui ne tombera plus…mais ne se relèvera plus non plus ! (Bloqué dans sa « prison » de plastique ou carbone !) Ils donneront une marche à pied modifiée , PLUS un déplacement qu’une marche en bloquant l’action des muscles releveurs paralysés mais aussi des autres muscles non paralysés et des articulations.

Ces orthèses releveurs dites « dynamiques » paralysent la jambe et le pied par le blocage, qui avec le temps provoque de véritables dégradations physiques (articulaires, musculaires (muscles releveurs et les autres) , vasculaires et même psychologiques) parfois graves de conséquences.

Il faut au contraire faire pleinement participer l’anatomie et non la remplacer.

B) Les orthèses « releveurs » souples : élastique etc.

Elles ont l’avantage de ne rien bloquer dans la fonction anatomique mais l’inconvénient de ne rien contrôler. Les mouvements perdus par la paralysie des muscles releveurs doivent être redonnés, nous sommes d’accords, mais ils doivent également et surtout êtres « parfaitement contrôlés » au risque de provoquer de graves chutes engendrées justement par cette liberté totale du pied sans aucun contrôle latérale.

Elles ne permettent donc pas, par exemple, la marche ou la course à pied en terrain accidenté, ce qui est pourtant une importante source de rééducation. Ces releveurs élastiques sont extrêmement dangereux et très souvent prescrits à la sortie des centres de rééducation : c’est une irresponsabilité des médecins qui prennent le risque d’accident (entorse de cheville et chutes graves) des patients dont les conséquences pourraient êtres dramatiques pour ces mêmes patients déjà lourdement atteints.

Conclusion

Une chaîne musculaire ne vaut pas mieux que son maillon le plus faible. (muscles releveurs du pied = maillon)

Très souvent, dans la paralysie des muscles releveurs du pied, il y a une progression vers certains muscles non paralysés mais rendus inactif par le blocage et parce qu’ils donnent la main à des muscles « morts ». Le patient (e) perd toute confiance dans ce pied paralysé et l’utilise de moins en moins, tout en reportant le travail sur l’autre jambe non paralysée. C’est le cercle vicieux !

Les muscles non paralysés rendus inactifs, perdent donc de leur volume et de leur force. L’équilibre dynamique général s’altèrera également, s’en suivra donc une asymétrie à la marche. (Hémiplégie (AVC) Sclérose en Plaques (SEP), neuropathologies périphériques : CMT, polynévrite, syndrome de Guillain Barre, nerf sciatique sidéré ou comprimée/étiré, etc.)

SOLUTION : Le releveur dynamique Pneumaflex3® dégage une puissante énergie activant les mouvements pour rendre la marche naturelle. Le releveur podal dynamique Pneumaflex3® contrôle aussi instantanément tous les mouvements évitant les entorses en terrain instable, fracture, chutes graves).

Il y a donc un retour à la symétrie dans la marche, les deux jambes étant actionnées de la même manière quel que soit l’état du terrain. Les muscles releveurs paralysés étant soumis à l’énergie du système qui obligera leur fonctionnement.

Aucune orthèse à ce jour ne peut donner la course à pied en forêt sans que le patient n’ait à penser et à surveiller ses pieds et sans risquer l’accident. (Atteinte « simple » d’un nerf Sciatique poplité externe : SPE, sciatique paralysante).

DEMANDER UN ESSAI GRATUIT

ESSAYEZ GRATUITEMENT PNEUMAFLEX®

Prenez rendez-vous